© Sarl Pgonweb - Mentions légales

Déclaration relative aux cookies

Choisissez votre manuel scolaire

Biographie du Cardinal Mazarin (suite)


Il obtient la nationalité française en avril 1639, et le titre de Cardinal lui est attribué par le saint Père en 1640. Dès lors, il se rapproche de Richelieu, qui considérera, très vite, le Cardinal Mazarin comme digne de devenir son successeur. Richelieu fit connaître l’affection et l’estime, qu’il portait à Mazarin au roi de France. A la mort de Richelieu, Mazarin est aussitôt nommé comme le principal Ministre du Royaume. La nomination a lieu le 05 décembre 1642, le lendemain du décès de Richelieu.

Le Cardinal Mazarin, le bras droit de la Couronne française.


La confiance du roi vis-à-vis de cet italien, devenu français est totale, amenant même Louis XIII à choisir Mazarin pour devenir le parrain du dauphin, le futur Louis XIV. Lorsque le monarque, Louis XIII, décède en 1643, Anne d’Autriche, la mère du dauphin décide, contre toute attente, de choisir Mazarin comme Premier Ministre.

Dès lors, le cardinal pourra s’employer à appliquer sa politique, qui repose sur un fondement essentiel : l’Etat Royal doit être fort et puissant. Pour parvenir à renforcer cette mainmise du Roi sur tous les pans de l’économie et de la société, Mazarin s’attachera, tout au long de sa vie, à contenir l’influence des grands Princes, ce qui lui vaudra quelques conflits avec les puissants du royaume.

Néanmoins, il réussira à maintenir son autorité, et on le qualifiera fréquemment comme étant une main de fer. Si il signe le traité de Westphalie en 1648, mettant fin à la guerre de 30 ans, il sera vivement critiqué pour l’enrichissement, dont il bénéficie au cours de sa carrière.

Lorsqu’il décède le 09 mars 1661 à Vincennes, il est à la tête d’une fortune colossale, et l’influence sur tous les puissants du Royaume de France, mais aussi sur les souverains de l’Europe entière est totale. Il a réussi à imposer ses vues, et Louis XIV tirera profit de l’œuvre de Mazarin, à savoir : le renforcement de l’autorité royale.
(Retour ...)