© Sarl Pgonweb - Mentions légales

Déclaration relative aux cookies

Biographie du Nicolas Fouquet  (suite)


Il l’obtient grâce à ses nombreux soutiens et relations. C’est une des fonctions les plus importantes dans le royaume et Fouquet est alors très proche du roi Louis XIV. Mais c’est ce poste qui entraînera sa chute.


Sa gestion des affaires financières du royaume s’avère catastrophique. La France a alors besoin de financer des guerres (la guerre d’Espagne notamment) et le train de vie fastueux de Louis XIV. Pourtant les rentrées d’argent en impôts et taxes sont maigres. Dirigeant sans plan de finances précis, ses mesures lui permettent surtout de s’enrichir personnellement et de renforcer ses relations et ses soutiens parmi le monde des affaires et religieux. Il engage tout de même sa colossale fortune personnelle pour renflouer les caisses du royaume.


Il parvient ainsi à protéger son poste et évite de tomber en disgrâce aux yeux du Roi Louis XIV et du cardinal de Mazarin, seul ministre lui restant supérieur.


En 1661 pourtant, suite à un changement de premier ministre (Mazarin meurt, remplacé par Colbert qui l’apprécie peu), Louis XIV ordonne à d’Artagnan l’arrestation de Fouquet. Il est accusé de péculat (détournements de fonds) et de crime de lèse-majesté. En effet, Fouquet avait mis sur pied un plan de rébellion en corrompant des hauts gradés, en fortifiant certaines de ses terres en Bretagne (Belle-île par exemple) et en constituant une flotte de vaisseaux armés.


Pour ces faits et après 3 ans d’audience, Fouquet est jugé coupable et condamné à la confiscation de ses biens et au bannissement hors du royaume. Usant de ses pouvoirs de justice, Louis XIV transforme cette peine en emprisonnement à vie dans la forteresse de Pignerol dans les Hautes-Alpes. Il y mourra 20 ans plus tard à l’âge de 65 ans en 1680. (Retour ...)